Compte-rendu de la rencontre avec François Fillon

Les parlementaires de l’Archipel, accompagnés du Président du Conseil territorial, ont répondu ce jeudi 26 février à l’invitation de François FILLON, afin de discuter des mesures proposées par le Président de la République dans le cadre de la LODEOM.

En préambule, le Président de la Collectivité a rappelé l’avis du Conseil Territorial émis en mai dernier, relatif au projet de loi programme pour l’outre-mer et a remercié le Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Yves JEGO d’avoir satisfait une grande partie des points de cet avis. Stéphane ARTANO a évoqué ensuite plus particulièrement le projet de casino en ligne qui n’a pas été retenu pour l’instant dans le cadre de ce projet de loi, insistant sur les retombées financières potentielles importantes pour la Collectivité.

Le Sénateur a pour sa part évoqué le dossier de la coopération régionale avec le Canada et  la nécessaire réhabilitation des ports, outils indispensables à notre développement économique. Denis DETCHEVERRY a ensuite complété son propos en évoquant le dossier EXTRAPLAC.

Le Député a insisté dans un premier temps sur la problématique géopolitique que constitue la question du plateau continental étendu de Saint-Pierre et Miquelon, un dossier primordial qui ne peut pas être traité dans la LODEOM, ni attendre les Etats généraux de l’outre-mer au printemps.

Annick GIRARDIN est revenue ensuite sur l’objet de cette réunion (LODEOM) en évoquant 5 points principaux à caractère économique :

– Le fonds exceptionnel d’investissement : il s’agissait d’insister sur les demandes de financement des collectivités à hauteur de 11 millions d’euros en faveur du BTP, dans le cadre du plan de relance qui consiste à financer des infrastructures publiques dans les 18 mois à venir.

– L’aide à l’hôtellerie : une aide à la réhabilitation de chambres d’hôtel a été fixée à 7500 €/chambre. La petitesse de nos structures nécessite qu’au-delà des hôtels, le dispositif soit ouvert aux « Bed & Breakfast », aux gîtes et aux maisons de pension. D’autres petites collectivités ont également sollicité la modification de cette mesure dans ce sens.

– Les mesures en faveur du petit commerce : favoriser les investissements des petits commerces dans les centre-bourgs à travers le Fonds d’Intervention pour les Services de l’Artisanat et le Commerce (FISAC).

– Le dossier pêche : le Député a signalé au 1er Ministre que le Plan pêche n’était pas applicable à Saint-Pierre-et-Miquelon à cause de notre statut, mais qu’un dispositif équivalent au principe de « sortie de flotte » devrait être inclus dans cette loi pour l’Outre-mer.

– Le transport en fret : au-delà de la mesure qui consiste à aider le transport des produits entrants et sortants, transformables dans l’Archipel, Annick GIRARDIN a sollicité que soit créée une aide au transport des produits en provenance d’Europe, et notamment de Métropole, (produits de première nécessité, produits de luxe dans le cadre du développement touristique, et les produits répondant aux normes européennes).

Pour conclure, Annick GIRARDIN a déclaré que l’Outre-mer peut être une richesse pour l’Etat français si en amont celui-ci met en place l’accompagnement nécessaire pour répondre aux spécificités de chacun et pour permettre les investissements structurants qui prépareront l’exploitation et le développement de ces richesses. Pour Saint-Pierre et Miquelon il s’agit des domaines de la pêche, des hydrocarbures, de l’avitaillement et du tourisme.

Une fois que l’ensemble des élus outre-mer se soit exprimé, le Premier Ministre a conclu en répondant aux questions de chacun. A cette occasion François FILLON a rassuré les élus de l’Archipel sur le dossier d’extension du plateau continental en les assurant de son soutien sur cette question. Les parlementaires devraient dans le courant de la semaine prochaine rencontrer le cabinet du Premier Ministre pour évoquer plus en détails cette question et connaître la volonté exacte du Gouvernement. C’est certes une bonne nouvelle qui laisse supposer que le Gouvernement a entendu notre message. Cependant, ce n’est pas ici une réponse officielle et il reste à savoir quelles sont concrètement les intentions du Gouvernement sur ce dossier. Aussi, ne baissons pas la garde et restons mobilisés !