Rénovation des chambres d’hôtel – un décret “taillé sur mesure“ pour l’Archipel

Le député salue la publication du décret concernant l’aide d’Etat à la rénovation des chambres d’hôtel, dispositif qui, suite à son intervention, prend désormais pleinement en compte les spécificités de l’Archipel et pourra enfin rentrer en application au bénéfice du développement touristique de nos îles. Il aura fallu un travail soutenu et dans la durée pour aboutir à ce texte “taillé sur mesure“ pour l’Archipel.

En effet, suite à la concertation menée après son élection avec tous les acteurs socioprofessionnels de l’Archipel, les parlementaires avaient obtenu l’extension à Saint-Pierre-et-Miquelon de l’aide à la rénovation des chambres d’hôtel, initialement prévue dans la “loi pour le développement économique des outre-mer“ (LODEOM) au bénéfice des DOM seulement.

Le Gouvernement avait mis en place un premier dispositif pour l’application de cette aide, mais celui-ci posait de sérieux problèmes dans l’Archipel, notamment en ce qu’il reposait sur un système de classement impraticable dans les faits chez nous, empêchant l’aide d’avoir dans la pratique l’effet voulu.

Saisie par les acteurs de la filière touristique, Annick GIRARDIN a entamé un nouveau travail avec le Gouvernement qui a abouti à l’adoption de son amendement lors de l’examen de la mission Outre-Mer du Budget 2011 de l’Etat, prévoyant que l’aide ne repose plus sur le classement dans l’Archipel et que sa mise en oeuvre soit gérée localement, et non à Paris, ce qui posait des problèmes techniques supplémentaires dans la mise en oeuvre.

C’est donc le nouveau décret du 24 mai 2011 qui met en place ce dispositif adapté à Saint-Pierre-et-Miquelon, tel que prévu par la loi.

Consulter le décret

Peuvent bénéficier de cette aide les établissements âgés de plus de 15 ans, une seule fois par établissement, dans la limite de 100 chambres à rénover et pour un montant maximal de 7500 euros par chambre (la restriction à 6500 euros pour les classements de moins de 3 étoiles partout ailleurs ne s’applique pas localement). L’aide ne pourra pas en outre dépasser 80% du coût total des travaux (taux plus favorable localement que dans les Antilles ou à la Réunion).

Le député est à la disposition des porteurs de projet pour les accompagner dans leur démarche.