Rencontre avec les responsables du pilotage de la Gironde

Annick GIRARDIN s’est rendue ce vendredi 13 septembre à Bordeaux avec son collègue député Didier QUENTIN, dans le cadre d’une mission au nom de la Commission des Affaires européennes.

Cette visite avait pour but de découvrir une station de pilotage française, et notamment le simulateur d’exercices qui permet aux pilotes de Bordeaux de rester performants, de bien maîtriser toutes les conditions de navigation liées à l’évolution du port ou à la météo.

Il s’agissait aussi d’observer un nouveau mode d’assistance radar aux navires, qui est déjà en fonction ailleurs en Europe dans des grands ports comme Rotterdam, mais dont seule la station de pilotage de la Gironde est équipée en France. Il était important pour les députés de constater à quel point ce type d’assistance permettait  de rendre davantage de services, à des coûts différents, tout en gardant une station rentable et performante à la fois.

Par ailleurs, il était aussi important que les deux parlementaires échangent avec des professionnels du pilotage, puisque la règlementation du pilotage est une compétence européenne, et la France est très mobilisée contre une directive de la Commission européenne qui mettrait en péril, si elle était votée, un modèle dont les bases datent de 1928, mais qui donne encore satisfaction. Le pilotage est certes un très « vieux métier », puisque les premiers textes sur l’obligation de prendre un pilote en entrant dans un port datent de Henri II, en 1551, mais les stations de pilotage ont su évoluer avec leur temps et sont actuellement des outils performants que nous devons protéger.

Annick GIRARDIN et Didier QUENTIN ont été reçus par le Président du Pilotage de la Gironde, en la personne de M. Christophe REUX. Une satisfaction et un plaisir supplémentaire pour le Député de l’Archipel de rencontrer l’un de ses compatriotes qui arbore avec fierté ses origines jusque dans son bureau, où Christophe REUX a accroché une photo de Saint-Pierre-et-Miquelon, rappelant ses liens et son attache pour son archipel, là où réside encore une partie de sa famille.