À la clôture du 50ème anniversaire du rétablissement des relations franco-chinoise

Annick Girardin a clôturé à Paris les célébrations du 50ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine à l’exposition « Splendeurs des Han, essor de l’Empire céleste » du Musée Guimet. Après une année riche de plus de 800 manifestations dans les deux pays, les célébrations du 50ème anniversaire ont pris fin en Chine le 30 janvier, à l’occasion de la visite du Premier ministre Manuel Valls et du Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius au Musée national de Pékin. Ces célébrations ont rencontré un large succès en Chine comme en France.

Devant les étudiants chinois présents, la secrétaire d’État rappelé dans le discours suivant que cette programmation multidisciplinaire répondait à notre ambition commune de renforcer durablement les échanges dans tous les secteurs, économique, culturel, universitaire, scientifique.

 

Monsieur le Chargé d’affaires de l’ambassade de la République populaire de Chine en France,
Madame la Présidente du Musée Guimet,
Madame la Directrice générale déléguée de l’Institut français,
Mesdames et Messieurs,
 
Je suis heureuse de représenter le Gouvernement français à cette cérémonie de clôture, en France, des commémorations du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et la France.
 
Vous le savez, la France est le premier grand pays occidental à avoir reconnu la République populaire de Chine et depuis 50 ans nos échanges sur les dossiers internationaux et les défis globaux se sont approfondis. Ils connaissent une dynamique excellente, comme l’illustre l’intensité de cette année de commémoration.
 
L’année écoulée a en effet été exceptionnelle : près de 800 manifestations dans nos deux pays, avec des moments forts qui ont marqué cette actualité particulière, telle que cette magnifique exposition « Splendeurs des Han », présentée par le Musée Guimet, que vous avez pu découvrir ou redécouvrir ce soir. Les arts et la culture, si importants pour nos deux pays, ont été un fil conducteur de ces commémorations.Discours de clôture
 
L’éducation et l’enseignement supérieur, la science et l’innovation, l’économie, le tourisme ont aussi été mis à l’honneur tout au long de cette année. La France et la Chine entretiennent un partenariat stratégique global. La diversité de la programmation au cours de cette année en a illustré toutes ses facettes. Nous pouvons nous réjouir et nous féliciter de ce bilan.
 
Cette année de commémoration est aussi l’occasion de penser ensemble l’avenir entre nos deux pays, entre nos deux peuples. En effet, « France-Chine 50 », ainsi que l’on désigne cette année, a été un formidable accélérateur de nos échanges. Sa dynamique a dépassé largement le calendrier des événements programmés. La visite d’Etat en France du Président Xi Jinping a été un temps fort de cette année exceptionnelle.
Nos deux chefs d’Etat ont décidé, à cette occasion, de la création d’un dialogue franco-chinois de haut niveau sur les échanges humains. Ils ont marqué leur volonté d’aller plus loin. La première session de ce dialogue s’est tenue en septembre dernier à Paris, sous la présidence de Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, et de Liu Yandong, vice-Première ministre chinoise.
 
La seconde session, qui se tiendra cette année en Chine, abordera de nouveaux thèmes : la jeunesse, le droit des femmes et les questions consulaires liées aux échanges humains. L’année 2015 sera également l’occasion d’approfondir notre coopération avec la Chine dans tous les secteurs, notamment pour la sécurité et le développement du continent africain et dans la perspective de la conférence Paris Climat 2015 que la France accueillera à la fin de l’année.
 
Je tiens à saluer la présence ce soir d’étudiants chinois et français. Vous êtes directement concernés par ces enjeux. Les perspectives sont, en effet, à la mesure de notre ambition. 35.000 étudiants chinois ont choisi de faire leurs études en France. Nous souhaitons porter ce chiffre à 50.000 dans les années à venir.
De la même manière, nous souhaitons encourager l’accès des étudiants français aux filières universitaires en Chine. Pour cela, nous devons faciliter la circulation des jeunes sur nos territoires respectifs. La jeunesse est une priorité de notre action politique. Les échanges et l’ouverture à l’autre sont les garants du mieux vivre ensemble de demain.
 
En tant que secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie, je ne peux qu’encourager les étudiants chinois à apprendre le français. La francophonie est une fenêtre ouverte sur le monde, un vecteur de rapprochement autour de la langue française qui encourage les rencontres.
 
Avec les partenaires français et chinoisLes meilleurs projets n’étant rien sans l’engagement des personnes qui les rendent possibles, j’adresse, au nom du Gouvernement français, toute ma reconnaissance aux représentants de l’Ambassade de la République populaire de Chine en France ainsi qu’à l’équipe du Musée Guimet, dont la présidente, Sophie Makariou, nous reçoit ici ce soir. Je n’oublie pas non plus le commissaire général de « France-Chine 50 », Marc Piton ainsi que la commissaire générale associée, Catherine Ruggeri, appuyé par l’Institut français. Les opérateurs français et chinois chargés de la mise en œuvre des événements ont aussi fait un travail remarquable.
Mes plus vifs remerciements vont également aux entreprises mécènes françaises et chinoises qui ont apporté un soutien déterminant à « France-Chine 50 ». Je voudrais rendre un hommage appuyé à Alain Mérieux, grand connaisseur de la Chine, dont l’impulsion a été décisive.
 
Ce soir, à l’heure de clôturer le temps des commémorations, nous pouvons être fiers du chemin parcouru ensemble. Il nous appartient maintenant de saisir toutes les opportunités ouvertes pour aller de l’avant. Le Premier Ministre, Manuel Valls, a participé à la clôture en Chine, au musée national de Pékin, la semaine dernière lors de son voyage officiel. Il a notamment exprimé qu’en 2015, « forts de cette confiance mutuelle et renforcée, nos deux pays poursuivront leur dialogue fécond sur les échanges humains en l’élargissant à de nouveaux thèmes, comme celui, si crucial aujourd’hui, de la jeunesse ».
 
Il me reste à vous souhaiter, dans ce magnifique cadre que constitue le musée Guimet, plus grand musée d’arts asiatiques d’Occident, et avec quelques jours d’avance, une belle année de la Chèvre, dont on me dit qu’elle est favorable aux artistes.