AVE : la secrétaire d'État ouvre le dialogue

Chers Saint Pierrais, chers Miquelonnais, chers amis,
 
Après une première série de démarches formelles entamées l’an dernier à ma demande par le Ministère Français des Affaires Étrangères et du Développement International, nous avons obtenu de nos voisins canadiens que les résidents français habitant Saint Pierre et Miquelon soient exemptés pour les aller-retour entre l’archipel et le Canada d’une « autorisation de voyage électronique (AVE) ».
 
Cette première décision, qu’il faut saluer, ne règle pas l’intégralité du problème soulevé par la mise en place unilatérale de cet AVE, car elle ne concerne pas les trajets retour vers l’Archipel, y compris au départ de la métropole.
 
Comme vous le savez, en l’absence d’une liaison directe entre l’Archipel et l’Hexagone, tous les habitants de Saint Pierre et Miquelon sont contraints de transiter par le Canada pour se rendre ailleurs dans le monde.  Cette mise en place, par le Canada, d’un système d’autorisation de voyage électronique oblige de fait les citoyens français à solliciter un « visa » pour voyager entre deux territoires nationaux !
 
Je souhaite profiter du changement de gouvernement fédéral au Canada pour saisir à nouveau les autorités d’Ottawa face à cette situation ubuesque.
 
C’est pourquoi j’évoquerai cette question avec M. Lawrence Cannon, ambassadeur du Canada en France, à l’occasion d’un entretien consacré aux enjeux francophones, mercredi 3 février à Paris.
 
Afin de pouvoir sensibiliser au mieux nos voisins et amis canadiens, l’apport d’exemples concrets serait particulièrement convaincant. N’hésitez pas à me faire part d’ici mardi soir minuit des difficultés que vous avez pu rencontrer, soit par message privé Facebook, soit en commentaire sous l’article du blog annickgirardin.fr soit à l’adresse annick.girardin@diplomatie.gouv.fr, pour un sujet qui relève du Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International.