AVE : Ottawa maintient sa position

La France a obtenu en avril 2015, lorsque j’étais secrétaire d’Etat au Ministère des Affaires Etrangères, une dérogation d’Autorisation de Voyage Electronique (AVE) accordée par le Canada aux citoyens français, habitants de SPM, pour les allers-retours entre l’Archipel et le Canada. Pourquoi ? Parce que dès l’annonce en 2014 du projet de mise en place d’AVE, j’ai mené un combat sans relâche.

Sans cette 1ère exemption, les Saint-Pierrais et les Miquelonnais devant se rendre au Canada en évacuation sanitaire, ceux y allant pour des sorties culturelles, touristiques ou sportives, ceux ayant une résidence secondaire…. devraient dès le mois prochain se munir d’un visa !

Vous connaissez mon tempérament, je n’ai cessé de me battre sur ce dossier. Je vous avais informé cet été de mon souhait que la négociation soit menée jusqu’au bout avec nos voisins.

A ce jour, le Canada n’a toujours pas accepté notre demande d’exemption totale. Se soumettre à une décision souveraine est une chose. Se résoudre à cette situation en est une autre.

L’AVE est pour moi une situation ubuesque car elle oblige des Français à prendre un visa pour rentrer chez eux. Néanmoins, le Canada est un pays souverain et ses décisions lui appartiennent.

Nous devons donc continuer :

–          Continuer à expliquer à nos partenaires canadiens l’impact pour nous de leurs décisions.

–          Continuer à travailler pour que la France apporte des solutions à SPM : en offrant un accompagnement aux démarches individuelles et plus largement en œuvrant pour un désenclavement de l’Archipel.