Martinique : un déplacement au rythme des vagues.

J’étais la semaine dernière en Martinique pour une visite officielle rythmée par des séquences liées à la mer et l’économie bleue. Après avoir fait un point sur l’état d’avancement de plusieurs projets des Assises des outre-mer, dont celui du grand port maritime de Martinique, j’ai eu l’honneur de baptiser le navire CMA CGM Fort-de-France, le premier opérateur maritime des Antilles françaises. J’ai même pu m’essayer à une discipline nautique spécifiquement martiniquaise : la Yole !

Au port de Fort-de-France, à plus de 40 mètres de hauteur, j’ai échangé avec le Président du directoire du grand port maritime et le président de la collectivité territoriale de la Martinique sur l’avancement de leur projet de développement de l’activité de la croisière et de modernisation de leurs infrastructures portuaires, qui viendra compléter l’agrandissement du port maritime de Martinique. C’est d’ailleurs ce projet d’agrandissement qui a permis l’arrivée du porte-conteneurs CMA CGM Fort-de-France que j’ai eu l’honneur de baptiser en présence de M. Saadé, président directeur général du groupe CMA-CGM : un moment d’une grande émotion qui restera gravé dans ma mémoire. Ce navire de 219 mètres de longueur, de 35,6 mètres de large et d’une capacité de 3504 conteneurs, se trouve être le tout premier d’une série de quatre navires conçus spécifiquement pour la desserte des Antilles françaises.

Vous savez à quel point je suis attachée au développement de l’économie bleue dans les outre-mer, c’est pourquoi j’étais particulièrement fière de pouvoir participer à ce baptême qui actait le renforcement de nos bases maritimes ultramarines. En connectant six ports : Fort-de-France, Pointe-à-Pitre, Dunkerque, Anvers, Le Havre et Montoir-de-Bretagne, je suis convaincue que le Fort-de-France participera au rayonnement des outre-mer et de leurs marchandises sur l’ensemble du territoire national !

Le rayonnement des outre-mer passe aussi par la promotion de la richesse de la culture ultramarine et c’est ce que permettrait l’inscription de la yole ronde de Martinique au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. La Yole, c’est un peu le doris des Martiniquais : utilisée à l’origine par les marins-pêcheurs, elle fait aujourd’hui partie intégrante de la culture martiniquaise. Vous imaginez bien que la Saint-Pierraise que je suis n’a pas hésité une seconde à faire un tour dans ce bateau à coque arrondie. Accompagnée de mon collègue Franck Riester, ministre de la culture, un équipage expérimenté nous a permis de tester cette embarcation traditionnelle. Deux ministres dans une yole : il paraît que c’était une première !

 

IMG_0098IMG_0095IMG_0101GHJO4248

IMG_0155IMG_0173IMG_0436IMG_0439

IMG_0423IMG_0516IMG_0527IMG_0537

IMG_0604