Décès de Philippe SEGUIN, un homme de valeur(s)

philippesguin2.jpgPhilippe SEGUIN a succombé à une crise cardiaque la nuit dernière à l’âge de 66 ans.

Ce Gaulliste convaincu a connu une carrière politique bien remplie assumant, entre autres, différents postes ministériels, la Présidence de l’Assemblée Nationale de 1993 à 1997 et celle du RPR de 1997 à 1999.

Depuis juillet 2004 et son accession à la Présidence de la Cour des Comptes, Philippe SEGUIN ne faisait plus de politique, mais il restait vigilant en jouant pleinement son rôle de magistrat et en dénonçant toutes formes de mauvaise gestion ou d’abus concernant les affaires de la République. Dernièrement, il avait pointé du doigt les frais de fonctionnement de l’Elysée, provoquant ainsi quelques remous dans son camp et donnant par là même des armes à l’opposition.

Cet exemple résume bien la personnalité de Philippe SEGUIN. C’était un homme honnête, qui n’hésitait pas à dire ce qu’il pensait et à  « mettre les pieds dans le plat » quand il le fallait. Il n’avait pas peur d’égratigner les gouvernants. C’était avant tout ce que l’on appelle un « gaulliste social », un grand républicain, une personnalité qui était farouche de son indépendance et par conséquent « incontrôlable ».

La France a perdu un homme de valeur(s).

Annick GIRARDIN