Déplacement à Quimper : l’avenir des conserveries françaises

Depuis quelques mois, Annick GIRARDIN est Présidente de la commission ressources halieutiques et industrie du poisson au sein du Club Mer et Océan. En mars dernier, ce club était lancé en présence d’une cinquantaine d’acteurs politiques, économique et étatiques à l’Hôtel de la Questure de l’Assemblée nationale.

Pour mémoire les co-Présidents du Club sont :

  • Michel DELEBARRE, Sénateur du Nord,  qui avait clamé à cette occasion que «notre pays a trop longtemps négligé ses atouts maritimes»,
  • Chantal JOUANNO, Sénateur de Paris, qui avait rappelé à juste titre que «la France possède le deuxième domaine  maritime mondial, que les métropolitains négligent parfois au détriment des ultra-marins».

A l’époque Annick GIRARDIN, invitée par les co-présidents du Club Mer & Océan à conclure, avait prononcé un discours succinct certes, mais insistait sur le rôle des Outre-Mer en reprenant les propos du Député  Philippe FOLIOT « l’Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais, c’est la République française». Cette phrase illustre parfaitement la place que les Outre-Mer ont à tenir dans cette grande politique maritime, tant attendue par ceux qui étaient réunis ce jour-là. Elle appelait également à l’union des forces politiques, économiques et sociales : « il faut que l’ensemble du monde de la mer se soutienne pour relever le défi, car il reste encore beaucoup de travail à fournir pour positionner notre pays en véritable puissance maritime ».

Le 21 juin dernier, c’est donc en tant que Présidente de la commission ressources halieutiques et industrie du poisson que le Député de Saint-Pierre et Miquelon a effectué un déplacement dans le Finistère.

Cette journée à Quimper a été ponctuée de visites des rares conserveries de poissons encore en activité dans notre pays, car nombreuses ont été les délocalisations dans ce secteur. Trois usines (PAUL PAULET, CHANCERELLE, SAUPIQUET), trois activités tout à fait différentes, tant dans les choix de processus industriels et de modèles économiques, que dans les espèces et recettes choisies.

Cette filière de la pêche a bien entendu ses propres problématiques (loi sur la consommation au cours des débats au Parlement, ressource en poisson, distribution, promotion…),  et pour en discuter, le Club Mer et Océan avait organisé, au-delà des visites, une rencontre-débat menée par Annick GIRARDIN entre les industriels Philippe PAUL, le Sénateur-Maire de Douarnenez, Hervé THOMAS, le Délégué à la mer et au littoral auprès du Préfet du Finistère et Annick Le LOCH, Député du Finistère.

Ces quelques photos vous feront découvrir le monde de la conserverie du poisson, un secteur qui doit trouver de nouvelles espèces et sources d’approvisionnement pour continuer à se maintenir dans le circuit. Une découverte aussi des savoir-faire français, qui dans le cas de la transformation de la sardine, ont évité une délocalisation.

[album id= »277239″]