Projet de loi "compétitivité outre-mer" : le Député souhaite la venue dans l'Archipel d'un conseiller du Ministre des Outre-mer

En Décembre dernier, le premier Ministre a chargé le Ministre des Outre-mer de travailler à l’élaboration d’un projet de loi sur la compétitivité des économies d’outre-mer.

Ce jeudi 16 janvier, Victorin LUREL réunissait donc les députés pour une réunion de travail sur ce projet de loi « compétitivité outre-mer », un projet de loi qui pourrait prendre en compte par anticipation la volonté du Président de la République de signer avec les entreprises du secteur privé un pacte de confiance.

Dans cette phase de concertation qui débute tout juste, les députés étaient donc les premiers invités à faire part de leurs remarques et propositions sur ce projet de loi.

  • Comment créer plus des richesses ? Quelles filières mettre en place ?
  • La question centrale étant au final l’emploi : comment permettre la création d’emplois dans les outre-mer ? Qu’est-ce qui déclenche l’emploi… le premier emploi… l’emploi supplémentaire ?
  • Comment agir sur la production locale ?
  • Comment gérer la commande publique ?
  • Comment développer le logement ?
  • Comment agir par de nouveaux dispositifs de taux d’intérêt améliorés, de baisse des cotisations sociales et familiales… ?

Autant de questions sur lesquelles sont intervenus les députés ultramarins présents autour de Victorin LUREL.

Ce fut l’occasion pour le Député de Saint-Pierre-et-Miquelon de rappeler les contraintes spécifiques et les atouts de l’Archipel. L’occasion de rappeler aussi les voies de développement et les besoins en matière d’infrastructures pour que Saint-Pierre-et-Miquelon puisse diversifier son économie et se révéler dans le contexte régional qui est le sien.

Le Député estime pour sa part que l’ensemble des acteurs de terrain doit être consulté : bien entendu la CACIMA, mais aussi l’ensemble des partenaires socio-économiques.

Annick GIRARDIN a donc souhaité la venue à Saint-Pierre-et-Miquelon d’un conseiller du Ministre des Outre-mer pour animer localement, avec l’ensemble des socioprofessionnels, des réunions de concertation de manière à ce que, en complément de l’avis des parlementaires et du Président du Conseil territorial, les partenaires économiques et sociaux puissent aussi faire part de leurs attentes et de leurs commentaires.