Déplacement au Liban

Annick Girardin termine aujourd’hui un déplacement au Liban commencé le samedi 21 mars. Cette visite s’est faite sous le signe de la solidarité et du soutien de la France au Liban, dans un contexte régional marqué par la crise syrienne.

La secrétaire d’État a participé aux cérémonies de clôture du mois de la francophonie et s’est rendue à l’Institut Français de Deir El Qamar pour inaugurer un « bibliobus », en présence de Mme Nora Joumblatt.

Annick Girardin a également réceptionné une « Ideas Box ». Cet outil innovant de diffusion de la culture, récemment primé par le Président de la République dans le cadre du dispositif La France s’engage, permettra aux réfugiés syriens d’avoir accès à la culture et de pouvoir rester en lien. C’est ce qu’a rappelé la secrétaire d’État dans son discours d’inauguration :

Monsieur le représentant du ministre des affaires sociales,
Monsieur l’Ambassadeur Christian Conan, Monsieur l’Ambassadeur de France,
Mesdames et messieurs, Chers amis,
 
C’est un plaisir et un honneur d’être parmi vous aujourd’hui à l’Institut Français de Beyrouth pour accueillir cette IDEAS BOX au Liban.
 
Permettez-moi de saisir l’occasion pour saluer les ONG présentes ici : Bibliothèques sans frontières bien sûr, mais aussi les ONG libanaises et toutes les ONG humanitaires françaises qui interviennent ici auprès des populations vulnérables, aux côtés des agences des Nations Unies qui, comme le HCR et l’UNICEF jouent un rôle crucial dans la réponse aux besoins des populations réfugiées.
 
Les représentants de BIBLIOTHÈQUES SANS FRONTIÈRE vous parleront mieux que moi de cette innovation sociale qu’est l’IDEAS BOX. Innovation sociale pour sa nouveauté, pour la réponse inédite et créative qu’elle apporte aux besoins des communautés défavorisées, pour son utilité sociale. L’IDEAS BOX  est le fruit d’une coopération entre acteurs mus par le même objectif : soulager des souffrances, accompagner des situations de fragilités, raccrocher au monde des populations déracinées, les aider à communiquer, leur permettre de s’évader. L’IDEAS BOX est à la fois une bibliothèque et un centre de ressources portables. Elle s’adresse aux plus jeunes comme aux anciens, par une offre aux besoins de chacun. Elle met à disposition des livres illustrés, des romans, aussi bien que des logiciels de jeu, des ressources pédagogiques, internet. Elle recrée un lieu de vie, un espace public propice à l’échange et au lien social.
 
Vous l’aurez compris, j’ai été séduite par l’IDEAS BOX le jour où l’équipe de Bibliothèque Sans Frontière me l’a présentée. Et je ne suis pas la seule dans ce cas, évidemment … j’ai eu le plaisir d’assister, il y a 15 jours, à la désignation de l’IDEAS BOX parmi les lauréats de la deuxième édition du concours  « La France s’Engage » parrainé par le Président Hollande. J’en profite pour vous annoncer le lancement, dans une quinzaine de jours, de la « France s’engage au Sud ». J’ai, en effet, souhaité que ce concours s’ouvre aux innovations sociales nées au sud, dans des pays en développement ou émergents. Ce sera bientôt chose faite, et je vous invite tous à le faire savoir.
 
Alors, pourquoi avons-nous décidé de financer le déploiement d’une de ces boites au Liban ?
       
Vous le savez tous, le Liban accueille près d’1,5 million de réfugiés syriens, dont la moitié sont des enfants et des adolescents, soumis le plus souvent à la précarité, à l’isolement, et aux nombreux traumatismes causés par les violences de la guerre et de l’exil. Le Liban a généreusement ouvert les portes de ses écoles publiques aux enfants syriens, mais les trois-quarts des 400.000 enfants syriens ne vont pas à l’école. Au-delà des enfants, ce sont aussi les jeunes et les adultes réfugiés qui sont nombreux à être coupés de l’accès aux outils habituels de la culture et de l’information.
En permettent d’avoir accès à l’information, à l’éducation et à la culture, cette boîte est un outil pour se divertir, pour se cultiver, pour se reconstruire, pour être relié au monde, pour se projeter dans l’avenir.
La mise en place d’une première boite au Burundi dans un camp de réfugiés congolais a montré tout ce que le projet pouvait apporter à une communauté fragilisée : un espace récréatif et éducatif, un espace de détente et d’accès à la culture et à l’information, un espace créatif favorisant l’échange et le débat entre les membres. Une autre boite est en cours de déploiement en Jordanie, dans le grand camp de réfugiés d’Azraq, grâce au partenariat entre BSF, le HCR et l’ONG CARE. Nous sommes très heureux que la prochaine étape soit le Liban et que les « IDEAS BOX » puissent être prochainement mises au service des Libanais vulnérables et des réfugiés syriens vivant ici.
 
Alors, on pourrait nous dire qu’une boite, c’est un gadget. Car un des enjeux auquel nous faisons face est naturellement celui de l’échelle d’intervention. Mais si on arrive à répliquer l’expérience à grande échelle, l’idée aura atteint sa cible. Cela passe par des partenariats, que BSF est en train de construire au Liban. Le ministère des affaires sociales est intéressé au déploiement de la première IDEAS BOX dans un de ses Centres de développement social (CDS). Les contacts sont aussi noués avec l’UNICEF, War child Holland, et plusieurs autres ONG locales comme Alphabet, Iqraa et Assabil ; avec d’autres acteurs, comme Ettijahat dans le secteur de la culture ou la librairie El Bourj.
 
Naturellement, ces boites ne vont pas régler à elles seules le problème des réfugiés syriens. Elles n’y ont d’ailleurs jamais prétendu. Cette solution, elle passe par une mobilisation internationale d’ampleur. Je me rendrai à Koweït le 31 mars prochain pour y participer à la 3ème conférence des donateurs et annoncer la contribution de la France. Ici même, au Liban, la France contribue à traiter d’autres aspects du drame vécu par les réfugiés. Elle passe surtout par une solution politique en Syrie même, à laquelle la France travaille avec ses partenaires.
 
Mais d’ici-là, chacun peut apporter une contribution. Et vous l’avez compris, nous sommes très heureux de pouvoir accompagner ce projet qui propose une réponse concrète et adaptée aux besoins des populations qui en bénéficieront.
 
Nous lui souhaitons beaucoup de réussite dans sa mise en œuvre et son déploiement et espérons qu’il sera suivi par le déploiement d’autres IDEAS BOX au Liban et partout où des populations souffrent.

Au cours de ce déplacement, Annick Girardin s’est également entretenue avec M. Tammam Salam, Premier ministre, M. Gebran Bassil, ministre des Affaires Étrangères et des Émigrés, M. Rachid Derbas, ministre des affaires sociales, M. Elias Bou Saab, ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur et M. Raymond Araygi, ministre de la culture.